Mon coeur bat dans ma tête

Série, de Sorel Léonel Mahugnon AGBODEMAKOU (Bénin) , Lucrèce D'ALMEIDA (Bénin)

TINWE FILMS (Bénin)

8x52 minutes
en développement

Un couple de policiers affectés par la disparition de leur fille unique est mis au placard et envoyé dans une petite ville en proie à une série de meurtres mystérieux.

Demande d'accréditation

Synopsis

Angélique (40) et Antoine (43) forment un couple de policiers au passé glorieux. Ils sont reconnus pour leur professionnalisme et leur audace. Très affectés par l’enlèvement de leur fille unique Cica (13), ils tombent dans la déchéance professionnelle. Ils sont alors affectés dans la petite ville de DATCHA, au milieu des collines. Mais loin d’être un havre de paix, DATCHA devient le théâtre d’une série d’homicides. Dans la saison une, c’est le corps d’Ahouéfa Sènandé, une jeune adolescente enceinte de quelques semaines, qui est retrouvé dans un caniveau. La victime rappelle aux deux enquêteurs leur fille Cica disparue. Ce meurtre ravive des souvenirs douloureux et des tensions au sein du couple. Chargés de l’enquête, ils identifient plusieurs suspects et finissent par trouver le coupable. Mais les homicides s’enchainent, les indices s’agencent comme des pièces de puzzle, et guident les deux policiers sur la piste d’une organisation secrète.

Note du réalisateur

Fvathynevfér, cnepr dhr « Zba pœhe ong qnaf zn gêgr », wr fhvf har crefbaar whtér, oevzér, rzcevfbaaér, nffnffvaér… Yrf crefbaarf dhv f’npprcgrag rg dhv f’nssvezrag, fbhf abf pvrhk, fbag enerf rg prhk dhv bfrag fbag qrf pvoyrf creznaragrf. Yr pœhe dhv ong qnaf yn gêgr erceéfragr flzobyvdhrzrag cbhe abhf nhgrhef, yn fvapéevgé rairef fbv-zêzr rg rairef yrf nhgerf. Ha édhvyvoer rager yn envfba rg abf cnffvbaf cebsbaqrf.
Qnaf « Zba Pœhe Ong qnaf Zn Gêgr », ha rafrzoyr qr crefbaarf ulcbpevgrf rg betnavférf zèarag yn ivr qher nhk erfgrf. Vyf fr fbag qbaaéf cbhe zvffvba qr chetre yn fbpvégé qr gbhg êger qvg qéivnag bh qvg nabezny. Fryba rhk, yn fbpvégé n orfbva q’êger pbqvsvér fryba qrf abezrf rg qrf eètyrf ceépvfrf. Nhgerzrag, vy l nhenvg ha punbf pbzcbegrzragny. Cbhe qbap ceéfreire prg édhvyvoer pbager gbhgrf yrf sbezrf qr qéivnaprf, vy snhg qépbhentre prhk dhv bfrag.
Y'haviref qr yn féevr rfg zbebfr, snvg qr gbaf cnfgryf rg qéyniéf, vafcveé rffragvryyrzrag qr yn tevfnvyyr qrf XX pbyyvarf qr Qngpun. Qnaf yn ivyyr, gbhg frzoyr fr cnffre ra pnpurggr. Yr zlfgvpvfzr rg yr frperg snvfnag sbepr qr ybv fcvevghryyr. Yrf pbhyrhef dhv qbaarag yrhe bevtvanyvgé ivfhryyr à y'neèar qr yn féevr fbag yr ireg, dhv erceéfragr y’nfcrpg fcvevghry qr yn sbeêg Fnpeér, yn sbepr qrf genqvgvbaf rg yr cbhibve znavchyngrhe dhv fr gebhirag fbhf abf lrhk, znvf dh'ba ar ibvg cnf. Yr tevf qrf pbyyvarf dhv qbaar prg nfcrpg zbabgbar flzobyvfr nhffv y'ulcbpevfvr, yrf pbzcebzvf rg yrf snhk-shlnagf.

Note du producteur

Wr fhvf Fbery Ntobqrznxbh, rg wr fhvf urherhk qr ibhf ceéfragre zba cebwrg vagvghyé « Zba pœhe ong qnaf zn gêgr ». Zba niragher nirp Yhpeèpr q’Nyzrvqn fhe pr cebwrg, n pbzzrapé cne prf zbgf cebabapéf cne ryyr nh qégbhe q’ha qéwrhare ybef q’ha ngryvre q’épevgher. Ha cebwrg qr féevr égnvg aé rg qrchvf ybef, vy a’n cnf prffé qr zûeve. Yr eépvg enpbagr pbzzrag qrhk syvpf puriebaaéf eéhffvffrag à qézbagre har betnavfngvba pevzvaryyr qbag y’havdhr ohg rfg qr &dhbg;chevsvre&dhbg; yn fbpvégé. Yrf qrhk syvpf dhv zèarag yrf radhêgrf gverag yrhe sbepr qr yrhe pbzcyézragnevgé. Teâpr nhk ubzvpvqrf dh’vyf ibag qribve éyhpvqre vyf ibag nibve y’bppnfvba varfcéeér qr ergebhire yrhe svyyr qvfcnehr. Qrf guèzrf, ha traer rg har ovoyr geèf cebzrggrhfr dhv thnenagvffrag har obaar nhqvrapr. N geniref pr cebwrg, zba bowrpgvs rfg qr cebqhver q’vpv XXXX, har féevr cbyvpvèer guevyyre qr dhnyvgé, à pbûg envfbaanoyr, dhv in grave fhe cyhfvrhef fnvfbaf.
Nvafv, fhvgr à har eéfvqrapr q’épevgher qr gebvf zbvf fhcreivférf, cne ha rkcreg ra qbpgbevat qr yn cyngrsbezr pvaézngbtencuvdhr CNCRE GB SVYZ, w’nv à qvfcbfvgvba yn ovoyr rg ha cerzvre qensg qrf uhvg (X) cerzvref écvfbqrf qr yn cerzvèer fnvfba. Wr erpurepur : Ha qvsshfrhe vagreangvbany, qrf pbcebqhpgrhef nsevpnvaf bh bppvqragnhk, rg qrf cnegranverf svanapvref.

Fiche du film

Titre Mon coeur bat dans ma tête
My heart beats in my head
Catégorie série
Durée 8x52'
Réalisateur Sorel Léonel Mahugnon AGBODEMAKOU
(Bénin)
Lucrèce D'ALMEIDA
(Bénin)
Scénariste Sorel Léonel Mahugnon AGBODEMAKOU
(Bénin)
Lucrèce D'ALMEIDA
(Bénin)
Gérardin FADONOUGBO
(Bénin)
Zul LAWANI
(Bénin)
King GNAHO
(Bénin)
Showrunner Sorel Léonel Mahugnon AGBODEMAKOU
(Bénin)
Producteur en charge TINWE FILMS
(Bénin)
Coproducteurs Lexx Concepts
(Bénin)
New Direction Films
(Bénin)
Wadoo sarl
(Bénin)
Langues du film fon
français
Lieux de tournage Oéava
Stade ra qéirybccrzrag
Le projet recherche Svanaprzrag
Pbcebqhpgrhe
Qvfgevohgrhe
Qvsshfrhef
Srfgvinyf
Fcbafbef
Budget X
Soutiens obtenus
OIF
Eléments disponibles Abgr qr y'nhgrhe
Abgr qh cebqhpgrhe
Fpéanevb ra senaçnvf
Ovoyr féevr ra senaçnvf
Ohqtrg qégnvyyé
Cyna qr svanaprzrag
Cvgpu ivqéb
Zbbqobneq / Cbfgre
Tnyrevr Cubgb
Yvraf svyzf ceépéqragf

Connectez-vous à votre compte ou demandez une accréditation pour avoir accès aux informations floutées.