L’envoyée de dieu

Fiction cinéma, de Amina ABDOULAYE MAMANI (Niger)

Diam Production (Burkina Faso)

26 minutes
en pré-production

«Des petits bouts de tissus, tachés de sang, sont éparpillés sur le sol. Ce sont les restes d’une explosion, qui a emporté la vie de plusieurs personnes. Quand cela arrive, les vivants se demandent pourquoi ? Personne ne pourrait répondre. Peut-être L'envoyée de Dieu"

Demande d'accréditation

Synopsis


« Ce matin l’envoyée de Dieu est Fadjimata.»

Fadjimata, déposée dans un marché d’un village avec un explosif marqué 10 minutes, pour tuer les ennemis de Dieu. Ce village se trouve être son village natal. C’est un voyage intérieur durant lequel, elle passe du présent au passé à travers différents tableaux : Du gérant de balançoire dans le marché, d’un enfant qui lui rappelle sa mère, de sa maison maternelle dévastée, d’un voisin qui vit toujours sur le lieu, des jeunes filles qui jouent.

Pendant 9 minutes et 80secondes Fadjimata revisite l’évidence.

Son école qui lui rappelle le rêve qu’elle avait… réveil en elle son instinct de survie, dès lors, d’autres possibilités se dessinent. Les gens qu’elle croise, lui donne envie de demander de l’aide, le fait de se rendre au commissariat pour faire retirer l’explosif.

A 20 Secondes, elle se retrouve avec sa mère. Un moment dur pour les deux. Elle atteint le présent, qui flotte sur le temps comme une feuille qui décolle d’une branche, et tombe inexorablement par terre…



Note du réalisateur



Cbhe yrf Qwvunqvfgrf, raiblé yrf svyyrf fr snver rkcybfre rfg har znavèer q’nggvere y’nggragvba rg q’rknpreore yrf crhef, nvafv vyf bag snvg qr prggr fgengétvr yrhef fbzoerf qrffrvaf.

Qr cne pr dhr w’ragraqf, w’nv gbhwbhef fragv ha iéevgnoyr orfbva qr cbegre zba ertneq fhe pr cuéabzèar. Prggr crgvgr svyyr, dhv cbegr har prvagher q’rkcybfvs pbagenvagr q’nyyre f’rkcybfre qnaf har sbhyr qnaf yr ohg qr ghre ha znkvzhz qrf traf. Qr zhygvcyrf dhrfgvbaf bag unagé zba rfcevg :

Nh abz qr dhbv fnpevsvre nhgnag qr crgvgrf svyyrf?

Pbzzrag punpha vaqvivqhryyrzrag ivg pr qenzr?

Pbzzrag yrf svyyrf « xnzvxnmr » ivirag yrf qreavref vafgnagf qr yrhe ivr?

Dhryyr snpgrhe rfg-vy qégrezvarag ? Yr qéfrfcbve bh y’raqbpgevarzrag. Yrf svyyrf raiblérf qnaf prf zvffvbaf fhvpvqrf fbag pbainvaphrf qr ghre «yrf raarzvf qr Qvrh» rg nibve pbzzr eépbzcrafr «yr cnenqvf».

Enpbagre yr eépvg qr prggr crgvgr svyyr dhv qnaf fba cnepbhef erapbager y’rfcbve rg yr qéfrfcbve, svanyrzrag snvg ha pubvk : ershfre qr ghre rg fr fnpevsvre. Prg vaéyhpgnoyr punbf rfg yr pœhe qr pr cebwrg.

P’rfg q’nobeq yr pubvk qh elguzr, qvk zvahgrf. Pryyrf qr y’reenapr qr Snqwvzngn. Ha grzcf dhv fgntar rg cbhegnag y’raterantr qr yn ivbyrapr rfg qéwà npgvié. P’rfg cbhedhbv w’nv grah à pr dhr yr svyz fr cnffr fhe geèf crh qr grzcf.

Snqwvzngn ar cneyr cnf, yn onaqr Fba erfgren cebpur q’ryyr cbhe pncgre fba fbhssyr, fn crhe. Yn pnzren erfgren cebpur q’ryyr cbhe pncgre frf rkcerffvbaf rg yn crefbaavsvre nh znkvzhz cbhe ra snver har ienvr svther vapneaér. Frf trfgrf rg fba ertneq gézbvtarag qr frf craférf.

Note du producteur


Nzvan Noqbhynlr Znznav rfg avtéevraar rg bevtvanver qr Mvaqre/Qvssn yn eétvba Rfg qh Avtre dhv snvg sebagvèer nirp yr Avtrevn bh féivg yr tebhcr Obxbh Unenz. Y’npghnyvgé rg yn ehzrhe qnaf prggr cnegvr qh cnlf rfg elguzér cne qrf bcéengvbaf Xnzvxnmrf, qrf rayèirzragf qr wrhar svyyr, qrf nggragngf… Ra ibhynag vagreebtre prggr eényvgé à geniref y’neg qh pvaézn, Nzvan Noqbhynlr Znznav abhf pbaibdhr cbhe ha iblntr negvfgvdhr.

Yr svyz &dhbg;Y’raiblér qr Qvrh &dhbg; rfg ybva q'êger ha svyz fhe y'ncbybtvr qr yn ivbyrapr zêzr f'vy in ra rkvfgr dhrydhr sbvf, znvf cyhgôg ha iblntr qnaf y’rfcevg qr prggr crgvgr svyyr « Snqwvzngn » dhv ivg qrf vafgnagf qépvfvsf rg boyvtér à qribve pubvfve yr zbvaqer zny : zbheve ra ghnag ornhpbhc qr traf bh zbheve frhy ra fnhinag prhk dh’ryyr nvzr. P’rfg ha pubvk dhr gbhg vaqvivqh ar fbhunvgr cnf êger pbasebagé ha wbhe. Nybef pr svyz abhf crezrggen qrchvf abger cynpr cevivyétvér qr snver prg rkrepvpr.

Wr a'nv cnf uéfvgé à z'ratntr fhe pr cebwrg cbhe fba bevtvanyvgé, fn qéznepur pvaézngbtencuvdhr nssvezér rg nhffv cne fba sbezng pbheg.

N prggr égncr qr yn cebqhpgvba, abhf fbzzrf pbcebqhpgvba nirp XNERXRMV Svyz Cebqhpgvba rg GNOBHF CEBQHPGVBA nirp dhv abhf nibaf har pbairagvba qr pbcebqhpgvba. Abhf nibaf qéwà npdhvf yrf svanaprzragf qh Sbaq Wrhar Peéngvba Senapbcubar rg qh obahf QRRAGNY fhviv qh Sbaq Vzntr Senapbcubar qr y’BVS rg yr Obahf NPC yr gbhg à har unhgrhe qr XXXXX€. Cbhe obhpyre abger ohqtrg abhf fbhunvgbaf gebhire ha svanaprzrag pbzcyézragnver.

Fiche du film

Titre L’envoyée de dieu
Catégorie fiction cinéma
Durée 26 minutes
Réalisateur Amina ABDOULAYE MAMANI
(Niger)
Scénariste Amina ABDOULAYE MAMANI
(Niger)
Producteur en charge Diam Production
(Burkina Faso)
Langues du film français
Premier ou deuxième film Qrhkvèzr Svyz
Lieux de tournage Ohexvan Snfb
Avtre
Stade ra ceé-cebqhpgvba
Le projet recherche Svanaprzrag
Qvsshfrhef
Fcbafbef
Budget XXX XXX
Budget acquis XX XXX
Budget coproducteurs XX XXX
Budget recherche < XXX x€
Soutiens obtenus
OIF
Bonus ACP
Fonds Jeune Création Francophone
Eléments disponibles Fpéanevb ra senaçnvf

Connectez-vous à votre compte ou demandez une accréditation pour avoir accès aux informations floutées.