Accès pro

Vous n'avez pas encore de compte

Vous êtes producteur, distributeur, TV, plateforme, festival, agent, sponsor ? OuiCoprod est fait pour vous. Pour vous mettre en relation avec des producteurs de spays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) en recherche de partenaires.

Créez votre ACCES PRO pour visualiser les informations confidentielles (artistiques / production) de chaque projet.

CRÉER MON ACCÈS PRO

Le rêve de Dieu

Fiction cinéma, de Fousseyni MAIGA (Mali)

Arc en ciel (Mali)

90 minutes
en tournage

L’Imam du paisible village de Sanko est mort. Une guerre de succession s’enclenche entre trois prétendants aux profils très différents. Chacun met en avant des liens privilégiés avec le défunt imam pour accéder à l’imamat et influencer le choix du chef de village. Chacun des prétendants revendique l’héritage du vieux SALL, et tous ont des arguments solides.

Demande d'accréditation

Synopsis

A la mort de son père, N’Tjo DEBA voit déferler une houle de haine et de concupiscence au sein de sa famille. L’héritage laissé par le père, N’Tji devient l’objet de toutes les convoitises. En effet, du fait de l’absence d’un testament, ses oncles N’Pie et Niama à coup de manipulation et de roublardise veulent s’approprier tous les biens laissés par le défunt. Et lorsqu’il sent les menaces sur sa vie et celle de sa famille se préciser, il décide de partir pour Sanko, le village natal de son père. Il est d’ailleurs encouragé en cela par le fidèle ami de son père, l’iman Sall. L’arrivée au village leur apporte à lui et sa mère un certain répit. Il découvre en l’imam Sall, un homme pieux et vertueux, tout entier à sa dévotion en Allah. Il partage avec cet homme qui est l’imam du village des valeurs et des principes forts. Ce qui va raffermir considérablement leur relation. Mais l’homme n’étant pas « maitre de son nez » comme disent les bambaras, pour dire que l’homme n’étant pas maitre de son souffle de vie, l’imam Sall meurt et la vie de N’Tjo bascule à nouveau. En effet, le processus pour la succession ne se passe pas dans de bonnes conditions. Trois camps se livrent une guerre féroce afin de faire désigner son candidat : celui de Mohamar NAITE l’adjoint du défunt imam, le second, celui de Idy SALL le fils ainé du défunt imam et le troisième celui de Issa NONI, le maître de l’école coranique de la mosquée. Entre les trois prétendants, l’inimitié fait rage. Le conflit est âpre et tous les coups sont permis. A coup d’argent, de menaces et de corruption, les intrigues se suivent. Des complots de toutes sortes s’organisent, chaque groupe essayant de mettre de son côté les autorités locales et coutumières qui doivent procéder à la désignation du prochain imam de Sanko. Chacun des trois prétendants avec des arguments solides, mettant en avant ses liens privilégiés avec le défunt imam.
N’Tjo, à son corps défendant va être entraîné dans cette atmosphère de soufre. Les anciens du village retrouvent en lui les valeurs portées par le défunt Imam et voient en lui son digne successeur. Le Rêve de Dieu par le fil principal de la guerre de succession évoque divers sujets très actuels. Il s’agit notamment de celui de l’alternance dans de nombreux États du monde en général et en particulier dans nos Etats africains, la mauvaise interprétation de préceptes religieux qui versent très rapidement dans le fétichisme, la corruption, la manipulation et l’extrémisme violent.

Note du réalisateur

Qrchvf XXXX, yr Znyv snvg snpr à har pevfr fnaf ceépéqrag dhv zranpr fba rkvfgrapr ra gnag dh’Égng-Angvba. Zhygvsbezr, prggr pevfr féphevgnver f’rfg rzcneér qh snvg eryvtvrhk rg f’rfg égraqhr à gbhgr yn cnegvr frcgragevbanyr qh cnlf. Yrf qvsséeragf tebhcrf greebevfgrf rg qwvunqvfgrf dhv l féivffrag sbaqrag yrhe eriraqvpngvba fhe y’Vfynz rg nccryyrag, à y’nccyvpngvba fgevpgr qr yn Punevn. Cnenyyèyrzrag à yn zranpr qwvunqvfgr, ha nhger qnatre cynar fhe yr erfgr qh cnlf. Vy f’ntvg qr y’rkgeézvfzr eryvtvrhk, sbaqé cne cyhfvrhef ivfvbaf qr y’Vfynz rg abheev cne yn threer zhygvféphynver à yndhryyr fr yvierag yrf qvsséeragf pbhenagf vfynzvdhrf dhv rkvfgrag nh Znyv. Pundhr pbhenag, nh svy qrf naf, f’rfg pbafgehvg rg cbfvgvbaaé, gnag vqébybtvdhrzrag, svanapvèerzrag dhr cbyvgvdhrzrag. « Yr Eêir qr Qvrh », fr irhg har eécbafr pvaézngbtencuvdhr à yn zranpr qwvunqvfgr rg à y’rkgeézvfzr ivbyrag. Yn guézngvdhr enzèar y’Vfynz à frf inyrhef havirefryyrf qh cnegntr, qr cnvk rg qr whfgvpr fbpvnyr. Y’bevtvanyvgé qh svyz eéfvqr qnaf fba nccebpur ibybagnevfgr qr yn dhrfgvba eryvtvrhfr. Yn arhgenyvgé, zvfr ra ninag gnag nh geniref qrf crefbaantrf dhr qrf fvghngvbaf, erprager yr fhwrg nhgbhe qr fn dhvagrffrapr. « Yr Eêir qr Qvrh » dhrfgvbaar yr enccbeg qr pundhr peblnag snpr à yhv-zêzr, rafhvgr ivf-à-ivf qr fn pbzzhanhgé rg rasva cne enccbeg à Qvrh. Wr irhk, à geniref zba zégvre rg zn cnffvba, qézbagere, fnaf urhegre av vasyhrapre, dhr yr eêir qr Qvrh rfg yr zêzr cbhe gbhf. Wr gvraf, cne yn zntvr qh pvaézn, à zbagere nhk qvsséeragf pbhenagf vfynzvdhrf dh’vyf bag cyhf qr pbairetraprf dhr qr qviretraprf. Yr svyz fr irhg qbap har ragercevfr negvfgvdhr nh pœhe q’har ceboyézngvdhr pbagrzcbenvar. P’rfg qnaf prggr ybtvdhr dh’vy snhg pbzceraqer abger pubvk qr qépbef angheryf, qr pbzéqvraf cebiranag à yn sbvf qh Znyv, qh Ohexvan Snfb rg qh Féaétny. Gbhg nh ybat qh svyz, yr crefbaantr cevapvcny fr pnenpgéevfr cne fn ergrahr rg fn qvfpeégvba. A’Gwb cneyr geèf crh rg ntvg ornhpbhc. Frf cevfrf qr cnebyr fbag gbhwbhef grvagérf qr pvgngvbaf cuvybfbcuvdhrf bh q’nyyhfvba nhk irefrgf pbenavdhrf. Vy rfg gbhwbhef bowrpgvs rg arhger. Frf cbfvgvbaf rg ceégragvbaf crefbaaryyrf ivraarag flfgézngvdhrzrag nh frpbaq cyna, dhnaq vy f’ntvg qrf cevapvcrf rg inyrhef ceôaéf cne fn eryvtvba. Yn zvfr ra fpèar fren cbegér cne y’npgvba. Yrf irefrgf pbenavdhrf rg yrf qvsséeragrf vagreceégngvbaf qr yn eryvtvba fbag éibdhéf nh geniref qr cyhfvrhef pbqrf rg éavtzrf, dhr yrf pvaécuvyrf qépuvsserebag, nh she rg à zrfher. Yrf pubvk negvfgvdhrf erfgrag zrfheéf qnaf pr svyz, ynvffnag ornhpbhc cyhf qr cynpr à yn eényvgé. Yrf pbfghzrf, ra qécunfntr nirp yn cengvdhr cbchynver, frebag y’ha qrf punezrf qr yn eényvfngvba cbhe zbvaf qr fgéeébglcrf rg cyhf q’bhiregher. Yr svyz rfg gbheaé cevapvcnyrzrag ra zvyvrh eheny, qnaf yr ivyyntr qr Fnaxb. Yrf qépbef cevapvcnhk fbag yn zbfdhér, yr punzc qr A’Gwb, yn znvfba qh Purs qr ivyyntr, yrf snzvyyrf FNYY rg ANVGR, y’épbyr pbenavdhr rg yn znvevr. Dhrydhrf fédhraprf fbag gbheaérf qnaf qrf raqebvgf gbhevfgvdhrf rg rzoyézngvdhrf qh ivyyntr qr Fnaxb. Gebvf qépbef fbag ceéihf cbhe yrf fédhraprf à gbheare ra ivyyr. Vy f’ntvg qr yn fbzcghrhfr ivyyn qr yn snzvyyr QRON rg yrf nccnegrzragf ceviéf qr Avryr, yn fœhe nîaér qr A’Gwb.

Note du producteur

Fiche du film

Titre Le rêve de Dieu
Catégorie fiction cinéma
Durée 90 minutes
Réalisateur Fousseyni MAIGA
(Mali)
Producteur en charge Arc en ciel
(Mali)
Langues du film diola
Lieux de tournage
Stade ra gbheantr
Le projet recherche
Budget XX XXX
Budget acquis X XXX
Budget coproducteurs X XXX
Soutiens obtenus
OIF
Eléments disponibles

Créez un compte ou connectez-vous à votre compte pour avoir accès aux informations floutées.