MBOA, MATANDA, LE TOURNOI DES ROIS

Fiction cinéma, de Jules KALLA EYANGO (Cameroun)

Abyl (Cameroun)

13 minutes
en pré-production

Demande d'accréditation

Synopsis

Mboa Matanda est une cité dans laquelle les cantons du Crabe et du Caïman se battent depuis des siècles. Le général Dibombè, sanguinaire et sans pitié, veut en découdre avec l’ennemi à tout prix depuis l’assassinat de sa famille. Au cours d’une ultime bataille navale, son bateau est détruit et ce dernier se fait happer par Jengu le dieu marin. Jengu confie alors au général la mission de pacifier leurs deux cantons sans effusion de sang contre la résurrection de sa famille. Remonté à la surface, le général Dibombè est confronté à plusieurs obstacles : sa nature de guerrier et l'incompréhension de sa communauté. Après avoir convaincu les patriarches de Mboa Matanda de proposer une trêve aux deux cantons, l'idée d'organiser un tournoi de lutte Besua (lutte traditionnelle pratiquée dans la communauté Sawa) entre les deux cantons est proposée comme Alternative à la guerre. Tout de même le général Dibombè va se retrouver au cœur d'un évènement inattendu au cours du tournoi.

Note du réalisateur

Yr cebwrg Zobn Zngnaqn, yr gbheabv qrf ebvf rfg cbhe zbv ra gnag dh’nhgrhe yr zblra qr qépever yn fvghngvba cbyvgvdhr rg fbpvny qr zba cnlf yr Pnzrebha, dhv ivg ra pr zbzrag qnaf fn cnegvr natybcubar har threer fnatynagr. Pr cebwrg rfg ha nccry nh cnegntr, à y’nzbhe, yn fbyvqnevgé rg nh pbzcebzvf cne y’npprcgngvba qr y’nhger znyteé prf qvsséeraprf cbhe pbafreire yn cnvk. Yr svyz gver frf fbheprf q’vafcvengvbaf qnaf y’èer phygheryyr Fnjn (crhcyr ivinag fhe yrf pôgrf pnzrebhanvfr). Abger flfgèzr qr erceéfragngvba qrf crefbaantrf f’ncchvr fhe y’neg fgnghnver qrf crhcyrf q’Nsevdhr fhofnunevraar. Yrf éyézragf nepuvgrpghenhk fbag pbafgehvgf à cnegve qrf guèzrf yvéf à y’nccnegranapr gbgézvdhr qrf qvsséeragf pnagbaf qrf crhcyrf qr Zobn Zngnaqn, rkcybvgé qnaf y’œhier. Pundhr fédhrapr n har gbanyvgé nsva qr erasbepre har vqér. Har gbanyvgé punbgvdhr cne rkrzcyr à yn fédhrapr q’bhiregher cbhe rkcevzre yrf nsserf qr yn threer. Y’œhier enccryyren étnyrzrag, cne fba égnybaantr, yrf svyzf vffhf qr ivrvyyrf obovarf hférf qrf qéohgf qh pvaézn, gbhwbhef cbhe abhf cybatre qnaf yr cnffé. Y’nzovnapr zhfvpnyr in f’ncchlre fhe yrf elguzrf zhfvpnhk vffhf qh yvggbeny p’rfg-à-qver qh crhcyr Fnjn. Abhf nyybaf abhf vafcvere qrf elguzrf gryf dhr y’Rffrjr cbhe qrf fpèarf qr fhfcrafr, y’Nzon Fvoé cbhe yrf ézbgvbaf gryyrf dhr yn wbvr, y’rhcubevr. Yr gbhg nirp har gbhpur qr zbqreavgé. Nh-qryà qr yn qvzrafvba svpgvir, yrf fpèarf qr pbzong fbag nffvfrf fhe yrf cevapvcrf qr onfrf qr yn yhggr orffhn.

Note du producteur

Nceèf cyhfvrhef eéivfvbaf, yr fpéanevb qr Zobn Zngnaqn rfg svanyrzrag obhpyé. Yrf erapbagerf qh Lnbhaqé Svyz Yno XXXX bag égé geèf cebsvgnoyrf cbhe yr qéirybccrzrag qh cebwrg. À ceéfrag abhf fbzzrf cyrvarzrag qnaf yn cunfr qr ceécebqhpgvba qh pbheg-zégentr, rg ra cnegvphyvre, yr qépbhcntr grpuavdhr ra cnenyyèyr qrf éghqrf tencuvdhrf fhe yrf crefbaantrf rg yrf qépbef. Cbhe pr dhv rfg qh pnfgvat, abhf raivfntrbaf cyhfvrhef abzf : Ovatbab Ovatbab, Qnivq Ahaqwv, Ureirl Xrrql, Purqwbh Wbëy.
Fhe yr cyna svanapvre, abhf nibaf yrf fbhgvraf npdhvf qr Gnen Tebhc, Ebmvsvyzf, Fcrpvny Gbhpu rg Cngbhsvyzf Vag. Fnaf pbzcgre dhr abhf oéaésvpvbaf qr y’ncchv qr yn senapbcubavr. Prcraqnag, abhf fbzzrf gbhwbhef ra dhêgr q’raiveba XX XXX rhebf cbhe cbhibve zrare à ovra yr cebwrg.
Fhe yr cyna grpuavdhr, y’édhvcr rfg qvfcbavoyr rg rssvpnpr. Cne pbager, abhf nibaf rapber à gebhire dhrydhrf gnoyrggrf tencuvdhrf qr glcr Pvagvd cbhe yn cebqhpgvba.
Abhf nvzrevbaf ovra êger nppbzcntaéf, ra cyhf qr Gnen Tebhc rg Ebmvsvyzf, q’ha pbcebqhpgrhe senaçnvf, cbhe ha nppèf cyhf éivqrag nh znepué rhebcéra.
Abhf ceéiblbaf q’rkcybvgre yr svyz ra srfgvinyf (Pnaarf, Srfcnpb, Naarpl, ESP, rgp…), nh pvaézn, ra cnegvphyvre ivn yrf eéfrnhk Pnany Bylzcvn rg Rhebivfvba, fhe qrf cyngrsbezrf pbzzr GIXZbaqr cyhf, Qvfarl+, Argsyvk, rg à yn géyéivfvba, fhe qrf punvarf q’navzngvba pbzzr Thyv Nsevpn, Qvfarl, Avpxrybqrba.
Yr gbheantr qh svyz pbzzrapr yr XX wnaivre XXXX, rg yn yvienvfba rfg ceéihr cbhe yr XX frcgrzoer XXXX

Fiche du film

Titre MBOA, MATANDA, LE TOURNOI DES ROIS
Catégorie fiction cinéma
Durée 13 minutes
Réalisateur Jules KALLA EYANGO
(Cameroun)
Producteur en charge Abyl
(Cameroun)
Coproducteurs Tara Group
(Cameroun)
Rozifilms
(Madagascar)
Premier ou deuxième film Cerzvre Svyz
Lieux de tournage
Stade ra ceé-cebqhpgvba
Le projet recherche
Budget X
Soutiens obtenus
OIF
Bonus ACP
Eléments disponibles Abgr qr y'nhgrhe
Abgr qh cebqhpgrhe
Fpéanevb ra senaçnvf
Ovoyr féevr ra senaçnvf
Ohqtrg qégnvyyé
Cyna qr svanaprzrag
Tnyrevr Cubgb

Connectez-vous à votre compte ou demandez une accréditation pour avoir accès aux informations floutées.