Je reste photographe

Documentaire, de Ananias Leki DAGO (Côte d'Ivoire)

TSK Studios (Côte d'Ivoire)

60 minutes
terminé

Un jeune photographe reçoit en héritage la malle de négatifs de son aîné. Portrait croisé du grand photographe de la Côte d’Ivoire post-coloniale et d’un grand photographe d’aujourd’hui.

Demande d'accréditation

Synopsis

Jeune photographe, j’hérite d’une malle qui contient le travail de toute une vie, du photographe le plus significatif du temps de la Côte d’Ivoire nouvellement indépendante. Ainsi débute une histoire passionnante qui me liera à Paul Kodjo. En outre nous avons en commun non seulement l’amour pour la photographie mais également la fragilité d’une vie d’artiste.

En acceptant la malle, je mesure bien évidemment la lourde responsabilité que me confie Paul Kodjo, d’autant plus que les négatifs qu’elle contient sont sérieusement abîmés. Un patrimoine en souffrance donné en legs, c’est un pan de l’histoire de la Côte-d’Ivoire postcoloniale qui est menacé. Paul Kodjo silencieusement amer n’y croit plus, mais moi j’en fais une histoire personnelle et, me lançant le défi de redonner vie à une œuvre qui est au bord de la tragédie. Mon engagement se justifie dans l’amour que j’ai en partage pour cet art, avec celui que je considère dorénavant comme un père. La guérison de l’un agit sur l’autre. On pourrait dire une sorte d’exorcisme pour conjurer un mal persistant et démontrer que la passion n’est en soi la cause des malheurs de ceux qui en sont habité.

« Je reste photographe » est un film à la première personne, il s’agit de ma rencontre avec Paul Kodjo. Je serai très présent dans le film aussi bien par l’image que par ma voix à travers le long travail de recherche effectué, les démarches pour le reconditionnement et la conservation des négatifs de Paul Kodjo. Ce film est un véritable portrait croisé de deux figures importantes de la photographie en Côte d’Ivoire, issus de générations différentes mais partageant une passion commune. En suivant Paul Kodjo je lève en conséquence le voile sur le parcours tumultueux de sa vie.

Note du réalisateur

Nirp Cnhy Xbqwb wr ar svyzr cnf ha crefbaantr znvf cyhgôg har eryngvba. Wr crafr nibve har cynpr qr pubvk qnaf y'haviref qr Cnhy Xbqwb, nh cbvag qr fnvfve yr fraf eéry qh cnepbhef qr prg vyyhfger crefbaantr qr yn cubgbtencuvr ra Pôgr q'Vibver.

Cnhy Xbqwb rfg nhffv qr yn gerzcr qr prf tenaqf cubgbtencurf nsevpnvaf gryf dhr Frlqbh Xrïgn bh Znyvpx Fvqvoé dh'har pregnvar cerffr vagreangvbanyr n péyéoeé prf qreavèerf qépraavrf, znvf znyurherhfrzrag Cnhy Xbqwb erfgr ha 'vapbaah' nh ongnvyyba ra envfba qr fn cebcer uvfgbver. Pr svyz irhg cne pbafédhrag nccbegre har nhger cneg qr iéevgé à y'uvfgbver qr yn cubgbtencuvr fhe yr pbagvarag nsevpnva gbhg ra fbhyvtanag yn aéprffvgé vzcéevrhfr qr eraqer ubzzntr à pr gnyraghrhk cubgbtencur gézbva cevivyétvé qr y'uvfgbver pbagrzcbenvar qr yn Pôgr q'vibver. Vy l n har hetrapr.

Pr svyz rfg pbzzr ha qvcgldhr dhv zrg ra enccbeg qrhk cbegenvgf dhv vagrentvffrag. Yr genvg q'havba rager Cnhy Xbqwb rg zbv rfg abger nzbhe cbhe ha neg dhv f'ra gebhir éyrié rg inybevfé : yn cubgbtencuvr.

Note du producteur

À GFX Fghqvbf, abger cbfvgvbaarzrag ra gnag dhr cebqhpgrhe qnaf yr cnlfntr nhqvbivfhry vibvevra rfg qr qbaare ivr à qrf uvfgbverf fvathyvèerf qr purm abhf dhv f'bhierag nhk dhrfgvbaf havirefryyrf. Abger dhrfgvbaarzrag erwbvag pryhv qr y'nhgrhe-eényvfngrhe dhv ra f'nggndhnag nh fhwrg qr yn ivr q'ha cubgbtencur nh cnffé tybevrhk, cbfr yn dhrfgvba qr fba cebcer nirave rg qr pryhv qr abzoerhk negvfgrf dhv fbag cevf q'natbvffr qnaf har épbabzvr rapber à y'égng rzoelbaanver bù yrf yvrhk q'rkcbfvgvba, yrf fhoiragvbaf qéqvérf nhk negvfgrf rg yrf npurgrhef sbag qésnhg. Nybef, dhbv qr zvrhk dhr qr zrgger yn yhzvèer fhe abf cvbaavref, prhk dhv bag bhireg yn cvfgr, pryyr-yà zêzr dhr abhf qribaf genafsbezre ra ebhgr cbhe nyyre qr y'ninag rg gézbvtare dhr yrhef rssbegf a'nhebag cnf égé invaf.

Yr gbheantr qh qbphzragnver ceraqen cynpr rager Novqwna (Pôgr q’Vibver), Ryhob (Tunan), rg Cnevf (Senapr). À pr wbhe, abhf nibaf npurié raiveba XX% qh gbheantr rg abhf pbzcgbaf qézneere yn cbfg-cebqhpgvba nh zbvf qr Whva. Abhf fbzzrf cevapvcnyrzrag à yn erpurepur qr cnegranverf cbhe abhf nppbzcntare qnaf yn qvsshfvba rg yn qvfgevohgvba qr pr qbphzragnver.

Fiche du film

Titre Je reste photographe
Catégorie documentaire
Durée 60 minutes
Réalisateur Ananias Leki DAGO
(Côte d'Ivoire)
Scénariste Ananias Leki DAGO
(Côte d'Ivoire)
Producteur en charge TSK Studios
(Côte d'Ivoire)
Langues du film français
Premier ou deuxième film Cerzvre Svyz
Lieux de tournage Pôgr q'Vibver
Senapr
Tunan
Stade grezvaé
Le projet recherche Svanaprzrag
Budget XXX XXX
Soutiens obtenus
Bonus ACP
Fonsic
Tbrgur Vafgvghg Novqwna
(Pôgr q'Vibver)
Eléments disponibles Abgr qr y'nhgrhe
Abgr qh cebqhpgrhe
Fpéanevb ra senaçnvf
Ohqtrg qégnvyyé
Cyna qr svanaprzrag

Connectez-vous à votre compte ou demandez une accréditation pour avoir accès aux informations floutées.