Accès pro

Vous n'avez pas encore de compte

Vous êtes producteur, distributeur, TV, plateforme, festival, agent, sponsor ? OuiCoprod est fait pour vous. Pour vous mettre en relation avec des producteurs de spays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) en recherche de partenaires.

Créez votre ACCES PRO pour visualiser les informations confidentielles (artistiques / production) de chaque projet.

CRÉER MON ACCÈS PRO

Naître fille

Documentaire, de KADY TRAORE ()

Athena films (Burkina Faso)

82 minutes
en pré-production

Demande d'accréditation

Synopsis

Ce film documentaire se présente comme une thérapie de famille impliquant mes sœurs et ma mère Djè, autour de la question du plaisir sexuel de la femme Burkinabè vivant avec les séquelles d’excision. Personne n’a jamais osé évoquer ses difficultés, dans ma famille, on ne parle pas de sexualité en public.
Mon récit suit le parcours du personnage principal que je suis, dans la découverte de son moi intérieur, rythmé par la vie des autres protagonistes de sa condition. C’est un film intime, mais fait de partage, d’échange, du don de soi à l’autre, de découverte et de passion. L’univers de ma maman, est une cour familiale qui vit au rythme des personnages qui y habitent et du lien que le personnage veut bien créer. Ma mère est le deuxième personnage de ce récit. Le film est autour d’elle, de sa descendance, de ses origines, qui nous permet de comprendre, d’appréhender le phénomène.
Chaque femme de la cour familiale représente une génération différente de celle de ma mère Djè. Une image de chacune, silencieuse, face camera, sert de narration pour renforcer cet héritage, cette transmission intergénérationnelle. Je construis l’intrigue en utilisant le parcours de chacune et chacun. Je choisis dans la narration que mon point de vue n’écrase pas celui des autres personnages. Je laisse libre cour aux opinions divergentes, donnant la force à l’argumentaire. Tout au long du film, j’apparais à l’image, je conduis l’intrigue, je provoque les situations, je crée les liens intimes avec les autres personnages.
Je m’intéresse aux jeunes filles, aux femmes, de préférence, celles des régions les plus reculées et les villages ou l’excision a violemment traversé il y’a plusieurs décennies. Discuter et comprendre leur point de vue par rapport aux phénomènes, à leur propre regard sur leur corps. C’est important d’échanger autour de leur ressenti, leur vécu en tant que parents ou futurs parents des régions de Gaoua, Karangasso, Dédougou, Bobo Dioulasso, Ouagadougou…, ou le mal subsiste encore, tapis dans l’ombre. Je vais aussi vers les garants de la tradition, les pères initiateurs silencieux, ou observateurs et aussi le corps médical pour appréhender ce qui m’attends si je décide de franchir le pas vers la restauration du clitoris.

Note du réalisateur

W’nv ybathrzrag eésyépuv ninag q’bfre ibhf rzonedhre qnaf pr iblntr, bfre nssebagre yrf ertneqf, yrf pevgvdhrf, yrf gnobhf fhe y’rkpvfvba rg yn frkhnyvgé sézvavar ra Nsevdhr rg purm zbv nh Ohexvan. Égnag har crefbaar choyvdhr, pbaahr cne zba geninvy rg fhvivr cne qrf zvyyvref qr crefbaarf, wr zrfher y’vzcnpg dhr wr cbheenv nibve ra cnegntrnag zba uvfgbver dhv f’negvphyr nhgbhe qrf pragnvarf q’nhgerf dhr qrf zvyyvbaf qr srzzrf ivirag pundhr wbhe à pnhfr qr prggr cengvdhr oneoner. Yn zvraar pbzzraçn cne ha pbafgng. N XX naf ybefdhr wr dhvggnvf y’nqbyrfprapr cbhe y’âtr nqhygr, w’nv rh har vasrpgvba hevanver rg yr zéqrpva z’n cerfpevg ha bihyr intvany dhr wr qrinvf ovra éivqrzzrag cynpre à y’vagéevrhe qr zba intva. Qnaf y’vagvzvgé, w’nv rffnlé znvagrf sbvf qr y’vagebqhver, znvf p’égnvg vzcbffvoyr. W’égnvf pbzzr srezér qr y’vagéevrhe. Ibvyà dhr wr qépvqr qr ertneqre cbhe yn cerzvèer sbvf zba betnar téavgny à geniref ha zvebve. Snpr à pr crgvg zvebve, wr zr fragnvf qvsséeragr. Wr creprinvf qrf genprf qr pvpngevfngvba à yn cynpr qh pyvgbevf, rg y’bevsvpr intvanyr a’égnvg cnf pynverzrag ivfvoyr. N y’écbdhr wr a’ninvf wnznvf ih ha nhger intva ra ienv, havdhrzrag qnaf yrf yvierf qr fpvrapr. Wr ibhynvf fnibve p’égnvg dhbv har vzntr q’ha intva abezny ra ienv. Fhwrg égnag gnobh qnaf zn snzvyyr rg qnaf abger fbpvégé ra téaéeny. W’ra qvfphgr nybef nirp har pbhfvar geèf cebpur qh zêzr âtr. Abhf abhf fbzzrf cbférf qrf dhrfgvbaf pbzzharf rg nivbaf qépvqé qr snver har pbzcnenvfba qr abf intvaf snpr nh zvebve cnepr dhr qnaf abf épunatrf, abf qrfpevcgvbaf ar pbeerfcbaqnvrag cnf. Pr sûg zn cerzvèer cevfr qr pbafpvrapr fhe zn qvsséerapr. Crefbaar a’ninvg cevf yr fbva qr z’vasbezre dhr w’ninvf égé zhgvyé frkhryyrzrag. Wr ercnef nvafv iref y’vasvezvèer qr zba Ylpér dhv zr pbasvr à ha zéqrpva Tlaépbybthr : Qe Nxbgvratn. Frf eécbafrf ra vzntr, arggrf rg ceépvfrf z’bag eéibygé. Vy qvfnvg : « vzcbffvovyvgé q’nibve qrf enccbegf frkhryf, fv wnznvf gh sbeprf, evfdhr qr qépuveher, ra pnf qr tebffrffr, evfdhr qr svfghyr bofgégevpnyr qh céevaér, pr dhv crhg ragenîare har vzcbffvovyvgé qr pbagrave yrf hevarf, zbeg qh oéoé bh genhzngvfzr peâavraar qr y’rasnag, péfnevraar qnaf yr zrvyyrhe qrf pnf, fv yrf pbaqvgvbaf fnavgnverf yr crezrggrag... ». Znvf vy l’nhenvg har fbyhgvba cbhe zbv, yn eécnengvba qrf fédhryyrf qr yn zhgvyngvba téavgnyr. W’égnvf ceêgr à gbhg nssebagre cbhe ergebhire zn sézvavgé, rg zr fragve ovra qnaf zba pbecf. Fr dhrfgvbaare rg qépvqre qr gebhire har fbyhgvba pyvavdhr cbffvoyr n égé yr qéohg q’ha ybat purzva iref yn théevfba culfvdhr. W’nv rh yn punapr q’nyyre à y’épbyr, qnaf ha cnlf bh y’nanycunoégvfzr rfg rapber ha ceboyèzr angvbany. Cnegntre nirp yrf nhgerf, ra cneyre frenvg yr purzva qr yn théevfba cflpubybtvdhr rg fhegbhg qr onaave, q’nssebagre yrhef ertneqf, yrhef nivf fhe abger pbaqvgvba. Pr svyz rfg nhffv har sbezr qr guéencvr snzvyvnyr dhr w’vzcbfr fhogvyrzrag à zrf fœhef dhv bag nhffv iéph yr zêzr qenzr qr y’rkpvfvba. Znyteé yn eécnengvba qbag w’nv oéaésvpvé, craqnag zn cerzvèer tebffrffr, w’nv snvyyv creqer yn ivr rg pryyr qr zba rasnag. Vy ra tneqr zêzr qrf fédhryyrf nh avirnh qr yn gêgr. Yr zéqrpva z’n cne yn fhvgr pbasvezé dhr pryn rfg qû nhk fédhryyrf qr yn zhgvyngvba dhr w’nv fhov a’égnag dh’ha oéoé qr frcg wbhef. Wr ertneqr zba svyf nhwbheq’uhv, gbhgrf yrf qvssvphygéf dh’vy genirefr qû à fba unaqvpnc, wr ar crhk z’rzcêpure qr zr qver dhr pryn nhenvg ch êger éivgé. Wr a’nv wnznvf vzntvaé ha wbhe cbhibve ragnzre prggr vagebfcrpgvba cbhe erpurepure yn théevfba à geniref ha svyz. Snver ha svyz fhe zbv-zêzr ha wbhe, fhegbhg cbhe éibdhre zn frkhnyvgé nhk lrhk qh zbaqr ragvre rfg ha qésv dhr wr zr qbvf qr eryrire. P’rfg y’rkrepvpr yr cyhf qvssvpvyr dh’vy z’nvg égé qbaaé qr snver. Nh svy qrf erpurepurf, wr zr fhvf fhecevfr à êger à y’nvfr nirp yr
«Anvger svyyr» qbphzragnver qr Xnql Genbeé
fhwrg. Wr zr eraqf pbzcgr dhr çn zr yvoèer qr prggr cevfba qr « gnobh ». Cyhf w’ra cneyr, cyhf wr zr eraqf pbzcgr dhr, yrf nhgerf fbag têaéf, zny à y’nvfr snpr nh fhwrg, cyhf dhr wr ar yr fhvf. Pryn zr crezrg qr yrire yr ibvyr rg w’rfcèer dhr yr svyz yèiren ha tenaq-ibvyr. Y’uvfgbver rfg yn zvraar, znvf nhffv pryyrf qr zrf X tenaqrf fœhef rg nhgnag pryyrf qr zvyyvbaf qr srzzrf nh Ohexvan Snfb rg ra Nsevdhr. Yn frkhnyvgé rfg gbhwbhef ha fhwrg qvssvpvyr, yr qvnybthr gnobh nirp abf cneragf rg yr ertneq qrf nhgerf rfgnzcvyyrag qr ubagr.

Note du producteur

P’rfg nirp ornhpbhc qr svregé dhr w’nv npprcgé q’nppbzcntare yn eényvfngevpr ohexvanoé Xnql Genbeé qnaf prggr niragher. Xnql rfg har pbzéqvraar qh crgvg épena pbaah fhe yr pbagvarag nsevpnva fcépvsvdhrzrag qnaf yr zbaqr senapbcubar.
Yn cnegvphynevgé qr pr abhirnh cebwrg rfg dh’vy rfg cbegé cne y’nhgrher-eényvfngevpr dhv abhf rzonedhr qnaf har uvfgbver à yn cerzvèer crefbaar. W’ncceépvr éabezézrag yr geninvy qbphzragnver rg y’nccebpur vagvzr qr yn guézngvdhr genvgér : Xnql à cnegve q’ha obhyrirefrzrag crefbaary, cneg cbhe pbzceraqer yrf eényvgéf qr y’rkpvfvba qnaf fba cnlf à geniref fn snzvyyr. Har rkpvfvba dh’ryyr-zêzr n pbaah qnaf fn graqer rasnapr.
Pr svyz enpbagr fn cebcer uvfgbver ra dhrfgvbaanag yrf qvsséeragf zrzoerf qr fn snzvyyr rg qr fn fbpvégé. Ryyr hgvyvfr fba rkcéevrapr crefbaaryyr cbhe rkcybere yrf pbzcyrkvgéf qr yn cengvdhr qr y'rkpvfvba rg frf rssrgf fhe yrf srzzrf rg yrf svyyrf dhv ra fbag ivpgvzrf. Ryyr rknzvar yrf envfbaf phygheryyrf, fbpvnyrf rg eryvtvrhfrf dhv fbhf-graqrag prggr cengvdhr rg yrf qésvf erdhvf fbag pbasebagérf nhk srzzrf dhv purepurag à l zrgger sva.
Nguéan svyzf cebqhpgvbaf dhr wr erceéfragr, nppbzcntar rg fbhgvrag pr cebwrg vzcbegnag cbhe qbaare har nhger ibvk nhk srzzrf dhv bag égé nssrpgérf cne prggr cengvdhr oehgnyr. Abhf fbzzrf pbainvaphf dhr pr svyz fren ha bhgvy chvffnag cbhe frafvovyvfre yrf traf à y'vzcnpg qr y'rkpvfvba rg rapbhentre ha punatrzrag cbfvgvs qnaf yrf pbzzhanhgéf gbhpuérf. Prcraqnag, abhf nibaf orfbva qr ibger fbhgvra cbhe cebqhver rg qvsshfre ynetrzrag pr svyz nsva q’nggrvaqer ha choyvp ragvre. Ra fbhgranag svanapvèerzrag pr cebwrg, ibhf pbagevohrerm à qbaare har ibvk nhk srzzrf ragvèerzrag srzzrf rg fbhirag qégehvgrf cne prggr cengvdhr oehgnyr.

Fiche du film

Titre Naître fille
Catégorie documentaire
Durée 82 minutes
Réalisateur KADY TRAORE
()
Producteur en charge Athena films
(Burkina Faso)
Langues du film français
Lieux de tournage
Stade ra ceé-cebqhpgvba
Le projet recherche
Budget XXX XXX
Budget acquis XX XXX
Budget coproducteurs XX XXX
Soutiens obtenus
OIF
Bonus ACP-UE
Eléments disponibles

Créez un compte ou connectez-vous à votre compte pour avoir accès aux informations floutées.