Simityè kamoken

Documentaire, de Rachèle MAGLOIRE (Haïti)

Productions Fanal (Haïti)

70 minutes
en montage

Demande d'accréditation

Synopsis

Parfois, des événements sont tellement traumatiques, que la mémoire préfère oublier. L’histoire est alors parsemée de trous, sa transmission est interrompue. Depuis le départ du dictateur Jean-Claude Duvalier, le travail de mémoire sur les crimes de la dictature a laissé la place à la lutte pour la justice face à de nouveaux crimes et s’est embourbé dans les crises politiques. Les souvenirs déjà étouffés sous la dictature, sont restés là où ils étaient. En 1964, François Duvalier qui avait été élu en 1957, a le contrôle du pays à travers son appareil répressif. Il a éliminé l’opposition politique, les mouvements sociaux,
syndicaux et paysans. Toute forme d’expression ou d’association sont interdites. S’opposer à la dictature devient un crime. Beaucoup d’exilés ont fui vers la République Dominicaine, où ils ont constitué des camps d'entraînement. Fred Baptiste, commandant des Forces Armées Révolutionnaires dirige un commando d’une trentaine d’hommes pour débarquer en Haïti, lancer l’avant garde d’une guérilla dans les montagnes et renverser la
dictature. Les résistants clandestins s’appellent kamoken. Fred Baptiste et sa troupe ont opéré dans le Sud-Est pendant deux mois à l’été 1964, ils sont poursuivis par les forces gouvernementales, monitorés par les services secrets américains, parfois acclamés par l’opposition. Mais ce qui n’a jamais été rapporté, ce sont les massacres qu’ont fait les forces gouvernementales contre les populations paysannes sur tout le tracé suivi par les rebelles. Des centaines de personnes ont été tuées, et jetées dans des fosses éparpillées entre la ville côtière où a eu lieu le débarquement et la forêt des pins où s’était établis ce petit groupe de guérilleros. Je vais revenir sur le fil du temps, convoquer des fragments de mémoire dont la mienne et des traces écrites retrouvées, pour comprendre ce qui s’est passé à l’été 1964, l’année où François Duvalier se proclame président à vie. Quel rôle ont joué les pays voisins, particulièrement la République Dominicaine et les Etats-Unis. Je vais chercher à retracer comment des familles entières ont du fuir le pays se réfugier ailleurs, comme la mienne qui a laissé Haïti en 1965. Nous avons vécu comment l’engagement de mon oncle Max Chancy l’a poursuivi : surveillés par les services secrets, ils ont passé 17 ans sans statut légal au Canada. En exploitant des documents d’archives venant de plusieurs sources, de même que les témoignages de paysans qui étaient là à l’été 64, le film se déroulera comme une enquête, au cours de laquelle on découvre les faits, et au fur et à mesure on comprend les mécanismes qui ont permis à une telle terreur de s’établir et de recouvrir Haïti pendant 30 ans. On comprend aussi que les trous de mémoires, font peut être partie de la stratégie des dictateurs pour leur survie et leur impunité.

Note du réalisateur

Wr a’nhenvf wnznvf peh dh’ra séievre XXXX, wr zr ergebhirenvf qnaf yn ehr cbhe qver aba à y’épybfvba q’har abhiryyr qvpgngher ra Unïgv. Znvf vy snyynvg fr eraqer à y’éivqrapr, gbhf yrf fvtarf égnvrag yà. Znvf vy snyynvg cbhibve yrf erpbaanîger. Wr a’nv cnf tenaqv ra Unïgv. Zn snzvyyr n qû shve ra XXXX, cbhe épunccre à qrf creféphgvbaf cbyvgvdhrf. Qr ergbhe ra XXXX nceèf yn puhgr qr Wrna Pynhqr Qhinyvre, w’nv cybaté geèf ivgr qnaf yn eényvgé. Wbheanyvfgr w’nv iéph qr ceèf yn céavoyr fbegvr qr yn qvpgngher. Ba n ibhyh abhf vzcbfre har eépbapvyvngvba fnaf whfgvpr. Rg abhf fbzzrf gbhwbhef qnaf yrf zénaqerf q’har égenatr genafvgvba. Unïgv n iéph har qvpgngher qr XXXX à XXXX. Znvf yn qvpgngher qr ar f’rfg cnf qépyneér qh wbhe nh yraqrznva. Vy l n rh qrf fvtarf ninag-pbherhef, qrf zépnavfzrf fr fbag vafgnyyéf, yrf rfcnprf qr yvoregé bag égé gbhe à gbhe éyvzvaéf. Ra XXXX Qhinyvre f'rfg snvg ceéfvqrag à ivr. Vy n qésvavgvirzrag vafgnyyé fba pbageôyr fhe pundhr pragvzèger pneeé qh greevgbver, rg qnaf yrf rfcevgf qrf unïgvraf. Ra XXXX, yrf traf shlnvrag qéwà cne qvmnvarf, rg ornhpbhc a’ninvrag dh’har vqér ra gêgr, yvoéere yr cnlf qr yn qvpgngher. P’rfg yr pnf qr Serq Oncgvfgr dhv nirp har geragnvar q’ubzzrf bag qéonedhé pynaqrfgvarzrag fhe yn pôgr Fhq-Rfg. Bevtvanverf qr yn mbar, vyf fr fbag snpvyrzrag qécynpéf qnaf yn eétvba cbhe vafgnyyre har théevyyn nh fbzzrg qr yn sbeêg qrf cvaf. Prf ubzzrf nceèf qrhk zbvf dhvggrebag yr greevgbver oerqbhvyyrf, znvf fhe gbhg yr genpé dh’vyf bag rzcehagé, qrf pragnvarf qr cnlfnaf bag égé znffnpeéf, ghéf, yr cyhf fbhirag boyvtéf qr sbhvyyre rhk zêzr yr gebh qnaf yrdhry vyf fbag ragreeéf cne qvmnvarf. P’égnvg yn greerhe. Yrf traf bag ivgr pbzcevf dh’vy inynvg zvrhk êger qh pôgé qh cbhibve cbhe nibve yn ivr fnhir. Rg yr fvyrapr. Crefbaar a’n cneyé, crefbaar a’n enpbagé pr dhv f’égnvg cnffé. Nhwbheq’uhv, à y’nvqr qr qécêpurf qépynffvsvérf, abhf erpbafgvghbaf yrf éiéarzragf, ra abhf ncchlnag fhe yrf
fbhiravef qrf cnlfnaf dhv bag iéph yrf éiéarzragf qbag vyf fr enccryyrag cnesbvf qr crgvgf qégnvyf znpnoerf rg eéiéyngrhef. Cyhf dhr wnznvf, pr geninvy qr zézbver zr frzoyr vaqvfcrafnoyr cbhe pbzceraqer pr dhv fr cnffr nhwbheq’uhv ra UnïR, rg gragre qr gebhire har ibvr qr fbegvr.Abhf nibaf npghryyrzrag har irefvba qr XX zvahgrf aba pbzcyégér, znvf ovra fgehpgheér, rg abhf fbzzrf ra genva qr grezvare yn qrhkvèzr cnegvr qh svyz dhv qheren XX zvahgrf. XX zvahgrf cbhe qépbegvdhre yrf zépnavfzrf qr yn qvpgngher rg pbzzrag nceèf fn puhgr, ryyr n eéhffv à fr eétéaéere rg n crezvf à frf negvfnaf q’épunccre à yn shevr cbchynver cbhe erceraqer qh cbvy qr yn oêgr nhwbheq’uhv. Abhf nibaf whfdh’vpv enffrzoyé XX,XXX€, rg abhf rfgvzbaf dh’vy abhf znadhr XX,XXX€ cbhe pbzcyégre yr zbagntr, rg gbheare dhrydhrf fpèarf znadhnagrf, yn peéngvba qr yn zhfvdhr bevtvanyr, yr genvgrzrag ivfhry qrf nepuvirf, y’égnybaantr rg yr zvkntr fbaber. Vy abhf snhqen étnyrzrag cnlre qrf qebvgf q’hgvyvfngvba cbhe pregnvarf vzntrf q’nepuvirf nsva qr pbzcyégre pryyrf nhkdhryyrf abhf nibaf tenghvgrzrag nppèf, gveérf q’ha svyz eényvfé ra XXXX cne yr eényvfngrhe pnanqvra Qnavry Oregbyvab nirp zba bapyr Znk Punapl, bccbfnag à yn qvpgngher rg fheirvyyé craqnag XX naf cne yrf freivprf frpergf q’Unïgv rg q’Nzéevdhr qh Abeq.

Note du producteur

Fiche du film

Titre Simityè kamoken
Catégorie documentaire
Durée 70 minutes
Réalisateur Rachèle MAGLOIRE
(Haïti)
Scénariste Rachèle MAGLOIRE
(Haïti)
Producteur en charge Productions Fanal
(Haïti)
Coproducteurs MWÈM
(Haïti)
Soup Joumou
(République dominicaine)
Langues du film français
kreyol ayisyen (créole haïtien)
Lieux de tournage Unïgv
Stade ra zbagntr
Le projet recherche Svanaprzrag
Budget XX XXX
Soutiens obtenus
OIF
Bonus ACP
Eléments disponibles Abgr qr y'nhgrhe
Abgr qh cebqhpgrhe
Fpéanevb ra senaçnvf
Ohqtrg qégnvyyé
Cyna qr svanaprzrag
Yvraf svyzf ceépéqragf
Ceézbagntr

Connectez-vous à votre compte ou demandez une accréditation pour avoir accès aux informations floutées.