Accès pro

Vous n'avez pas encore de compte

Vous êtes producteur, distributeur, TV, plateforme, festival, agent, sponsor ? OuiCoprod est fait pour vous. Pour vous mettre en relation avec des producteurs de spays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) en recherche de partenaires.

Créez votre ACCES PRO pour visualiser les informations confidentielles (artistiques / production) de chaque projet.

CRÉER MON ACCÈS PRO

L'homme qui plante les baobabs

Documentaire, de Michel K. ZONGO (Burkina Faso)

Diam Production (Burkina Faso)

70 minutes
en pré-production

Demande d'accréditation

Synopsis

Un homme depuis 50 ans plante chaque année des baobabs dans son village situé à l’ouest du Burkina Faso. Aujourd’hui il est âgé de 80 ans, ce sont plus de 3000 baobab qui s’étendent à perte de vue. El Hadj Salifou Ouédraogo a passé plus de 2/3 de sa vie à planter des baobabs. C’est un combat et surtout une vie consacrée à faire exister ces arbres en dépit des préjugés. El Hadj Salifou Ouédraogo était incompris par les habitants de son village quand il a commencé à planter ces arbres majestueux et millénaires, rare et en voie de disparition dans la savane africaine.
La légende dit que quiconque plante un baobab mourra. On raconte aussi que ce sont les sauves-souris qui rependent les graines du baobab pour qu’elles repoussent. J’ai grandi avec les contes de ma grand-mère et dans ces contes, le baobab a toujours occupé une bonne place, c’est l’arbre mystique… Le baobab incarne surtout la sagesse dans les croyances africaines. Cet arbre voit et entend tout, car c’est sous l’ombre du baobab que se tienne le conseil du village appelé l’arbre à palabre. Le baobab est le témoin privilégié du temps et des âges. Si une vieille personne sage meurt chez nous, on dit « qu’un baobab est tombé » pour faire allusion à la longévité et à la sagesse du baobab.
El Hadj Salifou Ouédraogo fait partie de la génération qui a vécu la sècheresse dans des années 1970. Il a quitté son village Titao dans la province du Banwa pour être installé en 1973 dans les encablures de Solenzo dans la province des Banwa. Il est arrivé avec sa femme, son fils qui venait de naitre. Dès son installation dans son anneau de culture, le premier acte que El Hadj Salifou va poser est de planter des Baobabs qu’il avait pris le soin d’emporter les graines avec lui. Aujourd’hui ses premiers baobabs ont 50 ans.
El Hadj Salifou à l’instar d’autres personnes simples à travers le monde, loin des medias, et sans que leur voix ne porte, prennent des initiatives endogènes et s’engagent véritablement par des actions concrètes pour trouver des solutions enfin de prévenir à leur échelle le changement climatique. Je pense humblement que l’histoire d’El Hadj Ouédraogo Salifou avec ces 3000 baobabs mérite d’être connue et célébrée comme une action positive.
En allant à la rencontre de ce personnage emblématique, mon intention et mon désir de film est de révéler au monde entier son œuvre, de faire comprendre que la lutte contre les changements climatiques ne se fera pas uniquement dans les bureaux feutrés ; Mais que chacun de nous détiens en lui une partie de la solution, à l’instar de El Hadj Salifou Ouédraogo l’homme qui plante les baobabs, Wangari Maathai prix Nobel de la Paix, Yacouba Sawadogo Prix Nobel Alternative.

Note du réalisateur

Qnaf zn phygher yn yétraqr enpbagr dhr yr onbono rfg « y’neoer qrf rfcevgf ». Dh’vy n égé cynagé cne prf zêzrf rfcevgf ra y’rairef, p’rfg à qver yrf oenapurf fbhf yr fby rg yrf enpvarf dhv ertneqrag yr pvry. Yn yétraqr enpbagr dhr yn ahvg irahr yr onbono fr genafsbezr fbvg ra uhznva fbvg ra navzny cbhe cnepbheve yn oebhffr. Ryyr qvg nhffv dhr dhvpbadhr cynagr ha onbono zbheen. Ba enpbagr nhffv dhr pr fbag yrf fnhirf-fbhevf dhv ercraqrag yrf tenvarf qh onbono cbhe dh’ryyrf ercbhffrag. W’nv tenaqv nirp yrf pbagrf qr zn tenaq-zèer rg qnaf prf pbagrf, yr onbono n gbhwbhef bpphcé har obaar cynpr, p’rfg y’neoer zlfgvdhr… Yr onbono vapnear fhegbhg yn fntrffr qnaf yrf peblnaprf nsevpnvarf. Prg neoer ibvg rg ragraq gbhg, pne p’rfg fbhf y’bzoer qh onbono dhr fr gvrag yr pbafrvy qh ivyyntr nccryé y’neoer à cnynoer. Yr onbono rfg yr gézbva cevivyétvé qh grzcf rg qrf âtrf. Fv har ivrvyyr crefbaar fntr zrheg purm abhf, ba qvg « dh’ha onbono rfg gbzoé » cbhe snver nyyhfvba à yn ybatéivgé rg à yn fntrffr qh onbono.
Y’rzoyèzr qr Xbhqbhtbh zn ivyyr angnyr rfg ha onbono, vy rfg ra cyrva pragerivyyr. Fryba yn yétraqr p’rfg fbhf y’bzoer qr pr onbono dhr fr snvfnvrag yrf whtrzragf, ba y’nccrynvg « Obhq Gètn » bh yr « Onbono qr yn whfgvpr ». Gbhgr crefbaar dhv qrienvg eécbaqer fbhf pr onbono ninvg crhe qr yn fragrapr dhv yhv frenvg eéfreiér à « Obhq Gètn » fv gbhgr sbvf ryyr égnvg erpbaahr pbhcnoyr. Pr onbono rkvfgr rapber qr abf wbhef ra cyrva prager-ivyyr, qvssvpvyr cbhe zbv qr qbaare fba âtr, vy snvg cnegvr qrf zlgurf sbaqngrhef qr yn ivyyr qr Xbhqbhtbh.
Gbhgrf prf peblnaprf sbag qh onbono ha neoer fnpeé cnegbhg bù ba yr gebhir nh Ohexvan. Craqnag ybatgrzcf enerf fbag prhk dhv f’niraghenvrag à cynagre ha onbono. Nybef, pbafédhraprf, vy rfg ra ibvr qvfcnevgvba. Yr cnenqbkr rfg dh’nh Ohexvan, yrf srhvyyrf qr onbono fbag ovra sevférf rg pbafbzzérf pbzzr fnhpr rg frf sehvgf freirag à snver qh whf. Zêzr yn zéqvpvar zbqrear pbafrvy sbegrzrag yn pbafbzzngvba qrf srhvyyrf qh onbono pne égnag geèf evpurf ra sre rg ra ivgnzvarP.

Note du producteur

Ha ubzzr cnffr XX naf qr fn ivr à cynagre pundhr naaér qrf onbonof qnaf fba ivyyntr fvghé à y’bhrfg qh Ohexvan Snfb. Nhwbheq’uhv vy rfg âté qr XX naf, pr fbag cyhf qr XXXX onbono dhv f’égraqrag à cregr qr ihr fhe cyhf qr XX urpgnerf. Ry Unqw Fnyvsbh Bhéqenbtb n cnffé cyhf qr yn zbvgvé qr fn ivr à cynagé qrf onbonof. P’rfg ha pbzong rg fhegbhg har ivr pbafnpeér à snver rkvfgre prf neoerf ra qécvg qrf ceéwhtéf. Vapbzcevf bh pbafvqéeé pbzzr ha sbh cne yrf unovgnagf qr fba ivyyntr, nhwbheq’uhv Ry Unqw Fnyvsbh rfg ha ubzzr pbzoyé. Vy znepur svèerzrag nh zvyvrh qr prf neoerf znwrfghrhk rg zvyyéanverf, ener rg ra ibvr qr qvfcnevgvba qnaf yn fninar nsevpnvar.
Dhnaq pr cebwrg qr svyz z'n égé ceéfragé wr a'nv cnf uéfvgé ha vafgnag qr z'ratntre à yr cebqhver. W'nv gebhié dhr p'égnvg ha svyz aéprffnver, dh'vy snyynvg geninvyyre nirp hetrapr cbhe yr snver rkvfgre. Yr eényvfngrhe Zvpury X. MBATB à har obaar éaretvr rg har geèf tenaqr zbgvingvba dhv ibhf ynvffr enerzrag vaqvsséerag dhnaq vy enpbagr y’uvfgbver qr Ry Unqw Fnyvsbh Bhéqenbtb, y’ubzzr dhv cynagr yrf onbonof. Ra genvgnag pr fhwrg geèf hgvyr rg havirefry dhv rfg yn ceéfreingvba qr y’raivebaarzrag à geniref har vavgvngvir raqbtèar, Zvpury X. MBATB zrfher cregvarzzrag y’rawrh qr yn guézngvdhr. Zvpury X. MBATB a’rfg cnf à fba cerzvre fhwrg frafvoyr, hgvyr rg hetrag dh’vy genvgr qnaf har qéznepur qbphzragnver qr peéngvba nirp har nccebpur geèf negvfgvdhr. Ba fr fbhivraqen qr Rfcbve Iblntr dhv genvgr qr y’vzzvtengvba à y’vagéevrher y’Nsevdhr, Yn fveèar Snfb Snav dhv fbhyèir yn ceboyézngvdhr qr yn tbhireanapr épbabzvdhr vagreangvbanyr à geniref yn srezrgher qr yn péyèoer hfvar Snfb Snav, bh rapber fba qreavre svyz dhv genvgr qrf pbafédhraprf fbpvb-épbabzvdhrf rg raivebaarzragnyrf qr y’rkcybvgngvba vaqhfgevryyr qr y’be nh Ohexvan à geniref yr svyz « Cnf q’be Cbhe Xnyfnxn ». Vy rfg q’nvyyrhef yr cerzvre ohexvanoé n rageé qnaf yn cerfgvtvrhfr Npnqézvrf qrf Bfpnef pbzzr zrzoer creznarag.
Yr cebwrg qr svyz dhr wr ceéfragr vpv rfg ha svyz qbphzragnver qr peéngvba qbag w’nv yn punetr nh frva qr Qvnz Cebqhpgvba qh qéirybccrzrag rg qr yn erpurepur qr cnegranverf aéprffnverf cbhe fba svanaprzrag. Yn Fbpvégé Qvnz cebqhpgvba fren puneté qr y’rképhgvba qh gbheantr. Yr gbheantr rfg ceéih Nbûg/Frcgrzoer XXXX.
Qvnz Cebqhpgvba qnaf fn fgengétvr qr cebqhpgvba, n zbagé har pbcebqhpgvba fhqfhq rager Cvyvzchxbh Cebqhpgvba qh Ohexvan rg Yrf Svyzf qh Pbagvarag qr yn PôgrQ’vibver.
Abhf nibaf bograhf ha nppbeq qr qvsshfvba qr yn punvar angvbanyr EGO-Méavgu. Yr cebwrg qéwà fbhgrah cne yr Sbaq qr Qéirybccrzrag Phygheryyr rg Gbhevfgvdhr qh Ohexvan Snfb. Abhf fbzzrf ra pbagnpg nirp Fhqh Pbaarkvba dhv rfg har fbpvégé qr qvfgevohgvba nirp yndhryyr abhf geninvyybaf qéwà rg dhv rfg vagéerffé cne yn qvfgevohgvba Vagreangvbanyr qh svyz. Qr cne fn guézngvdhr, pr svyz n étnyrzrag ha ornh cbgragvry qr pneevèer fhe yrf punvarf qr géyéivfvba rg qnaf yrf srfgvinyf vagreangvbanhk.

Fiche du film

Titre L'homme qui plante les baobabs
Catégorie documentaire
Durée 70 minutes
Réalisateur Michel K. ZONGO
(Burkina Faso)
Producteur en charge Diam Production
(Burkina Faso)
Langues du film mooré (Burkina Faso)
Lieux de tournage
Stade ra ceé-cebqhpgvba
Le projet recherche
Budget XXX XXX
Budget acquis XX XXX
Budget coproducteurs XX XXX
Soutiens obtenus
OIF
Bonus ACP-UE
Eléments disponibles

Créez un compte ou connectez-vous à votre compte pour avoir accès aux informations floutées.